« La confrérie, avant tout une communauté d’hommes réunie par la Foi »

Rencontre avec François Sampieri, prieur de la Confrérie Del Santissimo Sacramento de Sartène.

Ce jeune prieur s’inscrit dans la tradition des confréries, dans la tradition de Sartène et dans celle de sa famille. Au-delà, c’est un Corse qui, sans renier ces traditions de procession vivantes et visibles, appelle à les vivre de l’intérieur. En toute foi et avec sans doute davantage de pratique.

A trente ans, vous avez été élu il y a quelques semaines, nouveau prieur de la Confrérie Del Santissimo Sacramento. C’est une promotion fulgurante ? Comment cette nomination vous est tombée dessus ?

Je crois que c’est très lié au Catenacciu. Enfant, je n’ai jamais manqué une procession du Catenacciu. C’est un passage obligé, presque une cérémonie obligatoire à Sartène que d’aller voir défiler les pénitents. Je montais chez ma grand-mère pour les voir passer. J’ai toujours été intrigué par ces gens qui entouraient les pénitents avec leurs chants, leurs habits.

J’ai d’ailleurs eu la chance de participer à la procession en tant qu’acteur. Je fais partie des pénitents noirs, ceux qui symbolisent les Juifs porteurs du Christ. Je me souviens de notre rituel personnel où nous nous touchions le pompon en passant devant chez ma grand-mère comme signe de reconnaissance. J’ai toujours trouvé cela émouvant d’y participer et de savoir qu’avant moi mon père et mon oncle l’avaient fait. Du coup, rentrer dans la confrérie m’a paru une évidence.

Vous voulez dire que le Catenacciu de Sartène, c’est l’antichambre obligatoire pour rentrer dans la confrérie ?

C’est une antichambre parmi d’autres, mais elle s’inscrit bien dans une continuité logique. Et ça ne suffit pas : pour être membre de la confrérie, il faut être baptisé et être pratiquant. Enfin, il faut être accepté par les autres membres. Etre pénitent de la procession du Catenacciu ne vous ouvre donc pas automatiquement les portes de la confrérie même si l’essentiel de ses membres s’y manifeste. Cette procession est donc très importante pour nous, mais ce n’est qu’une date parmi la trentaine de dates où nous nous manifestons comme l’Assomption, la Saint Côme et Saint Damien, la Fête Dieu…

Vous ne voudriez pas qu’on réduise votre existence à la procession du Catenacciu…

Elle est fondamentale, mais comme je vous l’ai dit, nous allons bien au-delà. De même, la Semaine Sainte ne se limite pas à Sartène au Catenacciu. Il y a aussi des cérémonies comme renouvellement de l’eau et du feu…

Propos recueillis par Philippe de Casabianca

Publicités

Une réflexion sur “« La confrérie, avant tout une communauté d’hommes réunie par la Foi »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s